Les trous noirs...

Cette question est primordiale.

En astrophysique, un trou noir est un objet céleste, dont la masse est si grande et si concentrée en un point de l'espace si petit que la gravité qu'il émet ne permet à aucune matière de s'en échapper. Même la lumière ne peut pas s'en échapper et c'est pour ça qu'on parle de « Trou noir » : Il est invisible à l’œil nu car il ne renvoie pas de lumière, contrairement aux étoiles qui sont visibles gâce à leur émission de lumière. On peut néanmoins les imaginer artistiquement de cette façon :

trounoir 

Forme d'un trou noir résultant des informations

dont nous disposons actuellement

  

Si on ne peut pas les observer, comment pourrait-on savoir qu'ils existent ? En réalité, nous voyons parfois sur les télescopes de gros amas d'étoiles et de débris cosmiques. Nous pouvons alors émettre l'hypothèse que des trous noirs se cachent derrière cette concentration. De plus, les particules entraînées dans un trou noir, avant d'être englouties, sont chauffées car elles se frottent entre elles. Essayez de frotter vos mains et elles se chaufferont. C'est le même phénomène qui apparaît dans les trous noirs. D'après une formule étudiée au lycée de Wien, un physicien qui permit de mettre en relation la chaleur et le rayonnement électromagnétique, on peut conclure que les trous noirs rejettent des rayons électromagnétiques.

On a ainsi : \[\LARGE\lambda_{max}=\frac{2,898.10^{-3}}{T}\]


 avec \(T\) en Kelvin et \(\lambda_{max}\) en mètres.

A noter que \(\lambda_{max}\) désigne la longueur d'onde maximale émise par un corps.

D'après Wikipédia, on aura une relativement forte concentration de rayons X qui serait émise d'un trou noir, soit des longueurs d'ondes situées entre \(10^{-12} m\) et \(10^{-9} m\). Grâce à la technologie actuelle, les rayons X sont observables facilement.