Malgré toutes ces démonstrations pessimistes sur notre conquête de nouvelles terres extraterrestres, les fusées envoyées sur la Lune, pour sortir de la gravité de la Terre, ne vont pas à  \({\simeq11,2km.s^{-1}}\), la vitesse de libération de la Terre.

Pourquoi ?

La vitesse de libération calcule en vérité la vitesse initiale qu'un objet doit atteindre pour avoir assez de puissance pour monter et échapper à la gravité terrestre. Mais rien ne nous empêche d'ajouter un moteur à votre objet afin de monter de plus en plus sans nous soucier de la vitesse de libération. Même à une vitesse très petite, de \({1mm.s^{-1}}\), notre objet à moteur pourra atteindre le point auquel la gravité de l'astre n'aura plus aucun effet. Alors quel est le problème avec les trous noirs si on a un moteur assez puissant ?

En vérité, nous avons étudié la gravitation comme une force, mais Einstein en a conclut, près de 350 ans après, que ce n'était pas une force, mais c'est une courbure de l'espace-temps. Tous les paramètres, ou presque, vont donc changer. Malheureusement, notre connaissance actuelle sur le sujet ne nous permet pas de développer la théorie d'Einstein, qui reste encore trop compliquée pour que nous puissions tout expliquer correctement. Le cas des trous noirs est donc très compliqué pour la vitesse de libération et nous sommes ici dans les limites du domaine d'application de la physique Newtonienne ... .

De plus, la gravité aux abords des trous noirs est telle que même si on avait une vitesse de libération assez raisonnable, notre corps se déformerait jusqu'à se déchirer (pardonnez-nous l'expression) tellement les variations de gravité sont sensiblement différentes d'un centimètre à l'autre de l'approche d'un trou noir : Nous développerons cette branche plus tard dans notre TPE.

fusee

Fusée « contournant » la vitesse de libération par son alimentation

constante en impulsion grâce à son moteur