En tout scientifiques pessimistes que nous sommes, nous devons parler des problèmes rencontrés lors de la réflexion sur une possible exploitation de l'immense force gravitationnelle des trous noirs (ou alors sommes-nous assez malins pour vous présenter de innovants vaisseaux par la suite pour finir sur une belle touche d'espoir ? À chacun son interprétation...).

Nous imaginerons dans un premier temps que nous voulons voyager jusqu'à un trou noir déjà existant sans invoquer de théorie extérieure tel la création de ces astres. Nous prendrons alors comme exemple pour notre TPE le trou noir Sagittarius A* car il est certain qu'il soit un trou noir existant, contrairement à d'autres certainement plus près de la Terre mais pourtant pas prouvés à 100% qu'ils existent vraiment (En effet, les trous noirs stellaires et intermédiaires (les trous noirs primordiaux étant négligeables pour notre étude) sont encore au stade de « recherche » et sont identifiables avec une certaine marge d'erreur.). Celui-là, en revanche, sa validité est entièrement démontrée grâce aux multiples études sur le champ gravitationnelle aux alentours et à l'étude des galaxies voisines, comme Andromède, qui ont permis de montrer que des trous noirs dits « supermassifs » se trouvent au centre des galaxies (en spirale du moins). Nous vous invitons à consulter le préambule de notre TPE pour plus de renseignements à ce sujet. 

Nous prendrons aussi, notamment pour les masses, les circonférences ou les forces gravitationnelles impliquées les données de trous noirs dits de Schwarzschild. Ce sont des trous noirs théoriques ayant les caractéristiques les plus « simples » : Son moment cinétique signifie \({J=0}\) qu'il n'est pas en rotation autour de lui-même (appelé rotation « axiale » ou « moment angulaire »), sa charge électrique \({Q=0}\) et sa masse \({M>0}\) . C'est, en conclusion, un trou noir de masse immobile, sphérique, qui ne tourne pas (et qui n'a pas de charge électrique, mais notre niveau ne nous permet pas d'en comprendre les conséquences).

Notre but dans le développement qui suit sera de pouvoir aller jusqu'au trou noir et utiliser sa puissante force gravitationnelle pour pouvoir se propulser, à la manière des sondes actuelles qui gravitent plusieurs fois autour d'astres pour aller encore plus loin dans le système solaire :

cercle

Trajet de la sonde Rosetta pour arriver sur la comète Tchouri (2014)